Menu recherche

Ce tableau offre des liens vers tous nos câbles fibre optique.

EspaceFibre optique
RayonCâble fibre optique au mètre
SupportSynthèse câble fibre optique
AcomeFiber Cabling ServicesSofim
Les prix sont TTC.
  • 1. Prix au mètre.
Càble optique monomode ¹0,82 €
à 4,28 €
1,28 €
à 8,00 €
1,39 €
à 4,12 €
Càble optique multimode ¹0,82 €
à 12,66 €
1,60 €
à 14,40 €
1,22 €
à 8,71 €

Les fibres optiques

Le tableau 1 ci-dessous présente les différents modèles de fibres optiques.

Il existe deux familles, multimode ou monomode.

Les fibres multimodes transportent plusieurs signaux lumineux simultanément alors que les monomodes n'en transportent qu'un seul.

Les fibres multimodes ne sont pas moins chères que les monomodes, mais elles font appel à des équipements actifs (convertisseurs, switchs) qui sont moins chers.

Classiquement, les fibres multimodes sont utilisées pour les réseaux informatiques : les distances ne sont pas trop importantes et les équipements actifs sont nombreux. Les fibres monomodes sont utilisées pour les applications de télécommunication : les distances sont longues et le nombre d'équipements actifs plus réduit.

La colonne « Dimension » donne deux valeurs : la première est le diamètre du cœur de la fibre, la seconde celle de la gaine optique en verre contre laquelle est réfléchi le signal lumineux. À cela s'ajoute une gaine en acrylate d'un diamètre de 250 microns environ. Les fibres monomodes et multimodes ont quasiment le même diamètre extérieur, même si le cœur du monomode est beaucoup plus fin.

Les fibres multimodes existent en quatre qualités : OM1, OM2, OM3, OM4, en ordre croissant de performance. Le cœur OM1 est un peu plus épais alors que les trois autres qualités sont de la même taille. Les équipements actifs acceptent généralement indifféremment les quatre qualités. Par contre, en cas de raccord entre deux câbles optiques ou entre un câble optique et une jarretière (cordon de raccordement), OM1 n'est compatible qu'avec lui-même. OM2, OM3 et OM4 sont intercompatibles, même s'il semble logique de conserver la même qualité. OM2 étant actuellement la qualité la plus produite, elle est généralement la moins chère.

Les fibres monomodes existent en deux qualités : OS1 et, plus récent, OS2. Les performances sont équivalentes avec un avantage à OS2 dont l'affaiblissement est moindre à 1 383 nm de longueur d'onde. Aucun équipement actif actuel n'utilise cette longueur d'onde, l'avantage est donc théorique, mais comme il n'y a pas d'inconvénient et que la longueur d'onde de 1 383 nm est susceptible d'être utilisée dans le futur, certains fabricants, dont Acome, généralisent OS2.

Tableau 1. Les différents types de fibres (source : Acome)

FibreTypeDimensions
(micron)
Largeur de bande
OFLBW
(850 nm-1 300 nm)
Largeur de bande
RML
(850 nm)
OM1Multimode62,5 / 125200-500 MHz•kmNon spécifié
OM2Multimode50 / 125500-500 MHz•kmNon spécifié
OM3Multimode50 / 1251 500-500 MHz•km2 000 MHz•km
OM4Multimode50 / 1253 500-500 MHz•km4 700 MHz•km
OS1Monomode9 / 125> 10 GHz•km
(non spécifié)
> 10 GHz•km
(non spécifié)
OS2Monomode9 / 125> 10 GHz•km
(non spécifié)
> 10 GHz•km
(non spécifié)

Le tableau 2 ci-dessous, très pratique, aide à choisir la fibre en fonction des deux paramètres principaux : le débit et la distance.

Si vous disposez déjà des équipements actifs, connaissant le(s) protocole(s) ethernet qu'ils acceptent, il est facile de choisir la fibre adaptée à la distance désirée, sachant que OM2 et OS1-OS2 sont les qualités les moins chères.

Si vous partez d'une feuille blanche, selon le débit et la distance souhaités, il est facile d'optimiser le rapport qualité-prix de l'ensemble équipements actifs plus câbles optiques.

Signalons que les limites de distance sont surpassées par les fibres de très bonne qualité en vente sur touslescables.com, mais ce n'est pas mesuré ni contractuel.

Tableau 2. Distance maximale selon le débit et le protocole (source : Acome)

ProtocoleDébitSourceOM1OM2OM3OM4OS1-OS2
100BaseFX100 Mb/sLED @ 850 nm5 000 m5 000 m5 000 m5 000 m> 20 km
1000BaseSX1 Gb/sVCSEL @ 850 nm275 m550 m1 000 m1 100 mNA
1000BaseLX1 Gb/sLASER @ 1 300 nm550 m550 m550 m600 m5 000 m
10G BaseSR10 Gb/sVCSEL @ 850 nm33 m82 m300 m550 mNA
10G BaseLX410 Gb/sCWDM @ 1 300 nm300 m300 m300 m300 mNA
10G BaseLRM10 Gb/sLASER @ 1 300 nm220 m220 m220 m220 mNA
40G BaseSR440 Gb/sVCSEL @ 850 nmNANA100 m125 mNA
100G BaseSR1040 Gb/sVCSEL @ 850 nmNANA100 m125 mNA

Les câbles optiques

Un câble optique est un assemblage de fibres optiques, généralement de 4 à 24, parfois beaucoup plus.

Il existe deux structures : libre, dite CLT (Central loose tube), ou serrée, dite MBO (Mini break out). En structure serrée, chaque fibre est recouverte d'une couche de plastique qui porte son diamètre extérieur de 250 à 900 microns. Dans les structures libres, les fibres sont entourées par un tube, par paquets de 4 à 24 (généralement 6 ou 12). La principale différence est que la structure serrée facilite le montage des connecteurs. Ces derniers peuvent être montés directement sur la fibre alors que, en structure libre, il faut avoir recours à des pigtails, c'est-à-dire des connecteurs déjà assemblés sur des fibres d'une certaine longueur, généralement entre 1 et 2 m. Les fibres des pigtails sont soudées sur les fibres du câble, puis protégées à l'intérieur du tiroir optique par des boîtes appelées cassettes d'épissures. La connectorisation en structure libre nécessite des outils plus onéreux (une soudeuse coûte autour de 10 000 euros) et plus de matériel que la structure serrée. Si le câble en structure libre est moins cher que celui en structure serrée, l'installateur devra monter un grand nombre de connecteurs pour amortir son investissement.

Même en structure serrée, la soudure des connecteurs nécessite des outils spéciaux, des produits particuliers et un savoir-faire. Si la connectorisation des câbles cuivre peut être réalisée quasiment sans connaissance et avec un minimum d'outils, celle des câbles optiques est une affaire de spécialistes. D'où l'intérêt de l'offre de câbles préconnectorisés, c'est-à-dire livrés avec leurs connecteurs déjà montés avec une qualité et une sécurité maximales. Notre site offre un outil permettant de choisir le câble, la longueur, les connecteurs et de recevoir un touret dont l'installation est sauf contraintes spéciales à la portée d'un non-spécialiste pourvu qu'il lise le mode d'emploi.

La structure libre ou serrée concerne l'âme du câble. Le câble optique, qui est un produit complexe, intègre autour de l'âme divers matériaux selon les contraintes mécaniques et l'environnement. Autour de la même âme peuvent être réalisés des câbles variés avec des écarts de prix d'un facteur de un à cinq. L'âme est toujours renforcée par des mèches de verre (sorte de ficelle de verre non tressé) ou d'aramide (Kevlar). Ces mèches servent notamment à encaisser les efforts de traction afin de préserver les fibres trop fragiles. Si nécessaire, les mèches peuvent être complétées ou remplacées par des renforts en fibre de verre (FRP, Fiber reinforce plastic), voire une armure métallique. Une gaine en matériau LSZH (sans halogène et à faible émission de fumées en cas d'incendie), avec ou sans protection contre les ultra-violets (le soleil), constitue l'enveloppe extérieure. Pour les installations en extérieur, la gaine peut être en polyéthylène, matériau solide, sans halogène mais pouvant émettre des fumées noires en cas d'incendie.

Pour simplifier, les principales questions à se poser sont les suivantes :

– Installation en intérieur ou en extérieur ?

– Risque de proximité des rongeurs, sachant que les rats aiment se faire les dents sur les câbles qu'ils rencontrent ?

– Câble suspendu ou sans contrainte ?

Les câbles proposés sur ce site répondent aux exigences les plus fréquentes : câble pour intérieur ou extérieur, protection anti-rongeur faible ou moyenne, ne pas suspendre. Nous consulter pour des besoins plus particuliers. Toutefois, l'installation d'un câble standard dans une gaine ou un fourreau de type télécom, électrique ou plomberie, permet généralement de très bien le protéger. Cette solution câble standard + gaine externe standard est beaucoup plus économique que des câbles spéciaux.

En intérieur, un câble optique est installé dans un chemin de câbles ou une gaine annelée. En extérieur, il est généralement installé dans une gaine annelée ou un fourreau en polyéthylène ou en PVC. Les gaines télécoms et fourreaux pour électricité (polyéthylène) ou plomberie (PVC) que l'on trouve dans les magasins de bricolage conviennent. En extérieur, des précautions sont à prendre au cas où des véhicules sont susceptibles de passer sur les câbles, même si ces derniers sont enterrés. L'un des avantages des câbles optiques par rapport aux câbles cuivre est qu'ils ne sont pas sensibles aux perturbations électro-magnétiques, donc qu'ils peuvent si nécessaire être installés dans la même gaine que les fils électriques. De plus, les câbles optiques n'ont pas besoin d'être reliés à la terre, sauf en cas d'armure métallique. Par contre les rayons de courbure doivent être bien respectés.

Comme indiqué plus haut, un câble préconnectorisé peut être installé par un non-spécialiste, à condition de respecter les règles ci-dessus et quelques autres précisées dans le mode d'emploi. Nous consulter pour conseils en cas de configuration particulière.

Les connecteurs optiques

Schéma connecteur optique

Les fiches optiques existent en plusieurs formes. Pour les applications de type réseau, ce sont principalement LC, SC, ST, MTRJ, qui sont normalisées IEC. Les fiches ST, SC, LC sont par défaut PC (Physical Contact). Les notations complètes sont donc ST / PC, SC / PC et LC / PC. La terminaison UPC (Ultra Polished Connector) désigne une qualité de polissage supérieure de l'extrémité de la férule : ST / UPC, SC / UPC et LC / UPC. Dédiées au monomode en source laser avec des fiches de forme LC ou SC, mentionnons aussi la terminaison APC (Angled Physical Contact). Dans ces deux cas, LC / APC et SC / APC, la fibre est inclinée de quelques degrés (6 ou 8) par rapport à l'axe de la ferrule (sortie de la prise), cela afin de résoudre des problèmes d'optique dont l'explication dépasse le cadre de cet article.

La forme ne joue pas sur la performance. Celle-ci est déterminée principalement par la qualité de la ferrule. Pour cette dernière, la céramique est le meilleur matériau possible, devant le métal ou le plastique. Le reste de la fiche est presque toujours en plastique.

Le choix d'une forme est généralement déterminé par les équipements actifs ou les tiroirs optiques déjà installés. LC, le moins encombrant, devient de plus en plus répandu.

Pour les connecteurs optiques courants (SC, ST, LC), la liaison ne se fait pas via une fiche mâle et une prise femelle. Ce sont 2 fiches mâles qui sont mises en correspondance (alignées) via un raccord également appelé traversée. Le diamètre des férules des fiches SC ou ST est de 2,5 mm ; celui des prises LC est de 1,25 mm. Un raccord d'adaptation entre des fiches SC et ST ne pose pas de problème. Entre SC ou ST et LC, l'alignement mécanique entre les deux diamètres différents est possible mais plus délicat.

Pour les spécialistes de l'optique, le connecteur désigne l'ensemble fiche mâle-traversée-fiche mâle. C'est la performance de cet ensemble qui est mesurée.

Certaines fiches, dites épissure ou terrain, sont plus faciles à monter. Toutefois elles sont plus chères et la qualité du montage n'est pas contrôlable. Leur usage est donc généralement limité à des dépannages en urgence ou à de petites installations.

Les jarretières optiques

Jarretière SC / MTRJ

Une jarretière est un câble rudimentaire, de longueur réduite (classiquement moins de 20 m), à un ou deux brins (simplex ou duplex). À l'instar d'un cordon RJ45, une jarretière sert au raccordement des équipements actifs et au brassage au sein d'un panneau (tiroir). La fibre optique est portée de 250 à 900 microns par une isolation notée couramment IS900. Sont ensuite ajoutés des renforts en aramide et une gaine finale de 2 à 3 mm de diamètre, généralement sans halogène.

Les bonnes jarretières sont toujours testées individuellement par le fabricant, notamment afin de vérifier le polissage de la fibre et son centrage dans la ferrule. Elles sont fournies avec un micro-rapport de test indiquant un taux d'affaiblissement.

Entre les différentes marques de jarretières, il existe des différences de qualité selon les fiches, les fibres, les gaines, etc, cela justifiant les écarts de prix. Toutefois, dans la plupart des applications de type réseau, toutes les jarretières testées individuellement peuvent convenir car le niveau de performance minimal sera atteint.

Lien

Synthèse connecteurs, traversées, tiroirs optiques

o

Bonjour et bienvenue.

Recherches alternatives par...

Texte libre dans...

Λ